Système TEATE

Le système TEATE est la forme de Reiki la plus proche de l’enseignement du fondateur, Mikao Usui.

Quand Mikao Usui reçut son Satori ou éveil, il utilisa les KOTODAMAS qu’il possédait déjà. Ces sons sacrés sont du domaine public au Japon et peuvent donc être utilisés devant un receveur non initié.

Mikao Usui voulait les enseigner à Chûjirô Hayashi (médecin officier dans la marine impériale) et aux élèves officiers pratiquant le Reiki. Mais ceux-ci n'arrivaient pas à les utiliser. Usui décida alors de choisir des mots japonais qui contenaient ces sons et rajouta un dessin accompagnant chaque mot. C'est ainsi que les symboles furent introduits dans le Reiki.

Il est à noter que Mikao Usui a initié 2 000 personnes en quatre ans. Le nombre est important. Mais cela a permis à beaucoup de personnes de se soigner elles-mêmes en auto traitement. Au début il a enseigné le TEATE comme une simple technique de soins. C’est un paradoxe relativement intéressant quand on sait qu’avant cela, il avait travaillé une bonne partie de sa vie sur la spiritualité.

Très rapidement il comprit qu’il devait enseigner le Reiki autrement que comme une technique de soins. En effet, les gens retombaient malade parce qu’ils ne prenaient pas cas de leurs émotions, de leur mental, de leur spiritualité, de leur santé. C’est pour cela qu’il créa les idéaux du Reiki. Il demanda à ses élèves de se mettre en position gassho (Gassho en japonais veut dire mains jointes), la même position que lors d’une prière, matin et soir et de réciter les idéaux.

Chanter les sons sacrés est un exercice qui demande des années de pratique. Mikao Usui dans sa grande sagesse nous simplifia le travail en ne nous donnant que quelques sons. Rajouter la vibration du son à l’énergie Reiki donne des résultats très intéressants, surtout pour les organismes réceptifs.

Mikao Usui insistait beaucoup (la seule façon de faire à l’époque) sur l’enseignement ‘’ des mains intuitives ‘’. Je pense donc qu’au début de la pratique il est important de sécuriser le nouveau praticien. Deux choses sont importantes :

  • Les protocoles, surtout pour le positionnement des mains,
  • Un temps de travail défini : il est bon de rester trois minutes environ sur chaque position.

(Pour cela on trouve le « Reiki timer » sur smartphone, qui émet toutes les trois minutes le son d’un gong, etc.)

Cette méthode est utile au début de la pratique. Cependant, je demande à mes élèves d’abandonner progressivement ces objets et de se concentrer sur le ressenti. En tant qu’enseignant de Reiki, j’insiste beaucoup, dès le premier degré, sur l’auto traitement, ainsi que sur l’utilisation des Kotodamas dès le second degré. J’encourage mes élèves à travailler avec les mains intuitives car je trouve dommage de quitter une position qui a encore besoin d’énergie et de rester trop longtemps sur une position qui n’en a plus besoin.